Le trousseau de la mariée

Le 24 août 2010
Traditions

Bien particulier de l'épouse, le trousseau restait en sa possession en cas de décès de son époux ou de remariage. Souvent associé à la dot, le trousseau avait à la fois une valeur pratique et symbolique. Il témoignait de la situation financière de la famille et du soin qui avait été donné à l'éducation de la jeune fille.

C'était une garantie en quelque sorte. Aujourd'hui, de nombreux couples vivent ensemble avant d'officialiser leur union devant le maire. La tradition du trousseau s'est perdue après la Seconde guerre mondiale pour laisser place à d'autres usages comme la liste de mariage. Toutefois, pour les plus nostalgiques d'entre nous, cette coutume ne manque pas de charme et traduit très joliment l'image de l'oiseau qui s'apprête à s'envoler du  nid...

 

Que doit contenir un trousseau de mariage ?Serviettes de table brodées avec des initiales

Dans le trousseau de mariage, on trouve essentiellement du linge de maison et des vêtements : draps, serviettes, torchons, chemises, mouchoirs conçus pour résister toute une vie. Dans les familles riches, les étoffes et les objets choisis sont plus précieux. Au XIXème siècle, des manuels de savoir-vivre et autres chroniques mondaines détaillent le contenu du trousseau idéal selon son budget.

Pour les modèles haut de gamme, il faut compter au moins "douze dizaines de chemises de jour, six douzaines en toile très fine et six en baptiste. Autant de chemises de nuit. Deux douzaines de jupons courts pour la promenade ; six jupons de bal en mousseline à longue traîne et douze jupons de robe de chambre..." (Le Guide des convenances, édité par Le Petit Echo de la mode, 1920).

Armoire ancienne en bois où on expose un trousseau de mariageDans les foyers plus modestes, le trousseau est confectionné au fil du temps par la mère et la jeune fille, bien souvent dès l'adolescence. Cette dernière économise sur ses fins de mois pour acheter au fur-et-à-mesure les différentes pièces nécessaires à son trousseau. Ensuite, elle brode de ses initiales le linge lui appartenant.

Dans les familles aisées comme dans les familles plus modestes, le trousseau est une véritable fierté qui s'expose dans le foyer. On avait par exemple coutume de laisser une armoire ouverte où l'on laissait entrevoir les différentes pièces de linge constituant le trousseau. Dans les campagnes, notamment en Bretagne et en Normandie, la veille du mariage donnait lieu à un cortège tout à fait exeptionnel. A l'aide d'une charrette, le lit et l'armoire achetés par la famille de la jeune fille, ainsi que le reste du trousseau, étaient transportés jusqu'au domicile des futurs époux. Le marié réceptionnait alors le joyeux cortège autour d'un petit verre...

Source : Le Mariage et ses rites d'hier à aujourd'hui chez Archives&Culture

 

Partagez l'article