Couleur de la robe de mariage

Le 24 octobre 2012

Couleur de la robe de mariée

La robe blanche, symbole emblématique du mariage à l'occidentale, est bien souvent synonyme de pureté et d'innocence. Mais peut-être serez-vous étonnés d'apprendre qu'en France, avant le début du XIXème siècle, on ne se mariait guère en blanc !

Auparavant, l'aspect luxueux de l'étoffe primait largement sur la couleur. Les robes de mariage étaient richement ornées de perles, de pierreries et de fil d'or ou d'argent. On recherchait avant tout le brillant et le clinquant.

En dehors des villes, dans les couches plus populaires, on se mariait traditionnellement en costume folklorique, souvent très coloré : pourpre, bleu, rouge, vert et même noir dans certaines régions et pendant les périodes d'après guerre ! Il ne faut pas oublier que le blanc est salissant et qu'une robe d'un seul jour est loin d'être à la portée de toutes les bourses de l'époque. C'est l'une des raisons pour lesquelles le blanc a mis plus de temps à s'imposer dans le monde rural.

La robe blanche se généralise

Mariage de la reine Victoria

Ce n'est qu'au début du XIXème que commence à se généraliser l'utilisation du blanc pour les mariages. En 1800, Laure Permon, future duchesse d'Abrantès, choisit de monter à l'autel en blanc de la tête aux pieds, ce qui impressionnera beaucoup ses convives, dont Napoléon Bonaparte en personne ! En 1840, la reine Victoria se marie elle-aussi en blanc, ce qui achèvera d'imposer cette couleur dans la mode nuptiale.

De nos jours, le blanc reste de mise pour les mariages chics, même si certaines s'autorisent la couleur en petites touches ou bien optent pour des tons poudrés, ivoires ou pastels. Toutefois, en 2013, la couleur prend d'assaut les collections de robes de mariée en faisant la part belle au rose bonbon ou encore au fluo, une nouvelle tendance qui va faire du bruit !

 

Le blanc virginal ?

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce n'est pas l'Eglise qui a imposé le blanc pour le mariage. Dès le XVIème siècle, on utilise le blanc dans la liturgie comme symbole de pureté, mais il s'applique uniquement aux baptêmes et pas au mariage.

 

Partagez l'article