Botswana

Le 6 février 2008

Entre décembre et fin février, les pluies peuvent rendre aléatoire l’accès à certains lodges et camps et plusieurs réserves sont fermées. C’est le nord du pays (entre autres l’Okavango) qui reçoit la part du lion des pluies, le Kalahari devant bien entendu se contenter de la part du pauvre… Les nuits peuvent être très froides dans les régions désertiques.

De 12 à 17 jours
A partir de 4 990€ par personne

Le prix varie en fonction de la durée de votre circuit, de la période choisie, du niveau des hébergements, et du taux de change

Marais de l'Okavango, sable du Kalahari et Chutes Victoria

IDENTITÉ

superficie totale : environ 600.00 km², soit près de 20 fois la Belgique ou 1,2 fois la France.

population : environ 1,8 million d'habitants.

religion(s) : chrétiens pratiquants 20%, croyances indigènes 80%.

langue(s) : anglais (langue véhiculaire) et setswana (langue nationale).

décalage horaire : même heure en été, + 1 heure en hiver.

durée moyenne du vol : environ 15 heures jusqu’à Maun (jamais de vol direct au départ de l’Europe).

monnaie locale: Pula ( BWP). Quelle monnaie emporter en voyage? Des EUR ou des USD.

électricité: adaptateur nécessaire.

Nature: des parcs somptueux en toute intimité

Impossible de résumer en quelques lignes la diversité des paysages du Botswana, depuis les marais de l’Okavango jusqu’aux sables du Kalahari. Mais partout, d’immenses espaces souvent vierges de toute présence humaine significative. Le Botswana est en effet un pays particulièrement peu peuplé (2,7 habitants par km²). La politique touristique très élitiste du gouvernement a en outre évité l’afflux touristique que l’on peut subir dans certaines réserves d’autres pays de la région : d’immenses concessions sont allouées à des opérateurs privés. Outre l’intimité de cette formule, celle-ci offre l’avantage de pouvoir effectuer quasi partout des safaris de nuit, à pied, à cheval, à dos d’éléphant, en bateau, en mokoro (pirogue traditionnelle).

Parmi les "must" naturels du Botswana, du nord au sud:

- la Réserve privée de Linyanti (1100 km²) : marais et lagunes sauvages, plaines herbeuses et forêts-galeries. L'hippotrague noir, l'antilope rouanne, le cobe lechwe et la farouche sitatunga s'y rencontrent, mais aussi le lion, le guépard, l'otocyon et, avec quelque chance, le farouche léopard.

- le Parc national de Chobe (7 270 km²) : traversé par la rivière du même nom, un des principaux affluents du Zambèze, laquelle agit comme un aimant pour attirer une extraordinaire variété d’animaux parmi lesquels les éléphants, dont les troupeaux ont fait la réputation du parc.

- le mythique delta intérieur de l'Okavango et l'incroyable réseau de rivières plus ou moins éphémères, de chenaux, de lagunes et de marais sauvages grâce auxquels prospèrent une flore et une faune extraordinaires.

- la Réserve de Moremi ( 3900 km²) : une des réserves les plus attrayantes de toute l’Afrique australe en raison de l’exceptionnelle abondance de la faune, conséquence de la grande diversité des habitats naturels.

- le Parc national de Nxai Pan et des Makgadikgadi Pans ( 5 500 km²) : assemblage de vastes plaines couvertes de savane, de dépressions argileuses, de bosquets épineux et de forêts. Il est conseillé de visiter les pans (lacs asséchés) de Makgadikgadi après la saison des pluies, au moment des grandes migrations de zèbres et de gnous, et ceux de Nxai entre décembre et avril.

- la Central Kalahari Game Reserve (52 000 km²) : une immense réserve encore peu visitée, bien que très riche en faune (oryx, gemsboks, springboks, gnous, lions, guépards, chacals..). Elle fait malheureusement l’objet de convoitises et de controverses quant au sort des San (les Bushmen) dont elle est censée être le refuge.

- le Kgalagadi Transfrontier Park, qui regroupe l’ancien Gemsbok National Park du Botswana et l’ancien Kalahari Gemsbok Park d’Afrique du Sud.

Culture et populations: des cultures très anciennes

Tout l'intérêt culturel du Botswana réside dans l'incroyable diversité d'ethnies qui composent la société actuelle. Certaines habitent la région depuis des millénaires. A côté de l'ethnie dominante, les Tswana, il existe une multitude de groupes minoritaires d'origines diverses. Les peuples du delta par exemple, sont représentés par 3 groupes ethniques d'origine bantoue (Hambukushu, Dxeriku et Wayeyi) et par 2 autres, apparentés aux San (improprement appelés " Bushmen"), qui seraient les premiers habitants du Botswana (Bugakwe et Xanekwe ). Toutes ces ethnies ont développé des cultures originales qui ont requis des trésors d'intelligence, de patiente observation et de connaissances pour s'adapter aux rudes conditions de l'environnement et en exploiter au mieux les ressources. Il serait certes passionnant de pouvoir pénétrer cette culture en profondeur, mais vous aurez peu l'occasion d’y arriver dans le cadre d'un voyage orienté vers la découverte de la faune et de la flore.

Partagez l'article