Laos

Le 27 février 2008

La période sèche s’étale de novembre à mai et est ponctuée d’orages sporadiques. La saison humide, de juin à octobre, connaît deux pics dans les précipitations : en juin et début octobre. Par ailleurs, les précipitations sont plus fortes dans le nord que le sud. L’hiver (novembre à février), les températures peuvent descendre fort bas dans les montagnes du nord (5° la nuit, parfois même moins) et ne pas atteindre 20° en journée.

Le pays où l'on écoute pousser le riz - royaume du Siam, Indochine et magie d'Angkor


A partir de 16 jours
De 3 490€ à 3 900€ par personne

Le prix varie en fonction de la durée de votre circuit, de la période choisie, du type d'excursion, du niveau des hébergements.

IDENTITÉ

superficie totale : 239.000 km² (près de 8 fois la Belgique ou moins de la moitié de la France).

population : environ 5,3 millions d’habitants.

religion(s) : bouddhisme theravada (« Petit Véhicule »), animisme, shamanisme (tribus du nord), très petites minorités musulmanes et chrétiennes.

langue(s) : lao thaï et un ensemble de langues pratiquées par les nombreuses minorités ethniques du pays (Akha, Lissu, Iko, Hmong, Khmus…).

décalage horaire : en hiver + 6 heures, en été + 5 heures.

durée moyenne du vol : 12 heures jusqu’à Vientiane, via Bangkok (pas de vol direct)

monnaie locale: Kip ( LAK). Quelle monnaie emporter en voyage? Des EUR ou des USD.

électricité: pas d'adaptateur nécessaire.

En quelques mots: une atmosphère avant tout…

Le Laos est certainement le pays le plus mystérieux en Asie du Sud-Est, un monde de calme et de sérénité dans un décor de hautes collines couvertes de forêts et de larges plaines occupées par des rizières… Splendide nature sauvage du nord-est du pays où émergent les formes insolites des reliefs karstiques. Le Mékong, du nord au sud, borde le Laos et l’arrose de ses eaux couleur de terre.

Fondé au 13ème siècle par un prince thaï marié à une princesse khmère d’Angkor, le royaume du Lan Chang (royaume du Million d’éléphants) avait pour capitale Luang Prabang… L’histoire du Laos a valu au pays des trésors d’architecture et de sculpture. Loin des bouddhas obèses, figés ou surchargés d’ors, ce sont des statues d’une extrême élégance qui parent les monastères. Les marchés seront un lieu de prédilection pour goûter à une vie très authentique en vous plongeant dans l’ambiance de l’Indochine ancienne.

Culture: sobriété et raffinement

Les plus anciennes fondations, dans le sud du Laos, sont le fait de petits royaumes khmers, plus tard dépendant d’Angkor. Cependant, la culture plus spécifiquement laotienne est d’origine thaïe. Les Laotiens, cousins des Thaïlandais, partagent avec eux langue et culture, bien que l’histoire contemporaine les ait séparés dans deux schémas politico-économiques différents, créant l’Etat le plus développé et l’Etat le moins développé du sud-est asiatique. Tout au long de leur histoire, les Laotiens furent liés par leur dynastie au royaume du Lanna (Chiang Mai), s’opposant ainsi au Siam (Ayuthaya puis Bangkok).

Parmi les « musts » culturels:

- Luang Prabang, capitale historique, inscrite sur la liste des Sites du Patrimoine mondial de l’Humanité, vous offre une concentration de splendides temples dont la période de construction s’échelonne du 13ème au 19ème siècle. Sculptures et arts décoratifs ne font que rehausser la beauté des lieux. Le palais royal et les maisons d’époque coloniale achèvent de donner à Luang Prabang son cachet particulier et si charmant. Prévoir de 2 à 3 jours.

- Vientiane, la capitale par deux fois détruite par les Siamois au 19ème siècle, peut néanmoins s’enorgueillir de beaux temples (wat Sisaket, wat Phra Khew, wat That Luang)…

- la Plaine des Jarres, vestiges proto-historiques -sans doute une nécropole-, vous plonge dans un passé plus ancien, alors que Khmers et Thaïs n’avaient pas encore pénétré ces forêts.

- Oup Moung et wat Phu, deux site angkoriens qui méritent le détour au bord du Mékong, dans le sud du Laos.

Laos - Cambodge , Laos – Thaïlande : des combinaisons idéales

Plus que pour toute autre destination, Angkor sera le complément idéal d’un voyage au Laos, tant par ses liens historiques et géographiques que pour l’équilibre du circuit.

Les mêmes raisons poussent à combiner Laos et Thaïlande. De surcroît, le transit par Bangkok vous permettra également de rejoindre une belle plage thaïlandaise pour une fin de circuit farniente.

Rencontre des populations: ce qui restera gravé dans vos coeurs, assurément !

Le peuple sans doute le plus paisible qu’il soit donné de rencontrer, les Laotiens affichent un sourire immédiat, gentil et bienveillant. Le Laotien ne se révolte pas, il est résigné à subir son « karma » et s’exorcise par une phrase prononcée plusieurs fois par jour : « bo pen yang », qui signifie à la fois « ce n’est pas grave » et « de rien ». Au marché, le vendeur laotien reste dans son hamac, tandis que l’acheteur se sert et dépose ses billets.

Qui es-tu Laotien? A l’instar des autres pays de l’Asie du Sud-est, le peuple laotien est formé d’une multitude d’ethnies. Les « minorités ethniques » habitent toutes les régions montagneuses du Laos, les Lao (Thaï) étant installés dans les fonds de vallées où ils cultivent le riz. Les femmes lao se vêtissent habituellement d’un sarong au liseré chatoyant présentant un décor de motifs géométriques.

Le nord est la région où cette pluralité ethnique est la plus importante : Hmong, Akha, Iko, Lissu, Thaï noirs, Thaï blancs, Kh’mus… remarquables par leurs costumes et leur habitat. Vous les rencontrerez sur les marchés et dans leurs villages.

Nature: un fleuve comme frontière

Du nord au sud, le Laos est coincé entre le Mékong et la cordillère des Annamites. Si le fleuve est l’épine dorsale du pays des Thaïs, en revanche la cordillère marque la limite entre influences indianisantes et chinoises (Vietnam). Fougueux dans le nord où il traverse les paysages les plus sauvages, puissant au centre à travers les plaines boisées, le Mékong s’élargit en un vaste delta intérieur dans le sud, c’est « Si Pan Don » (Quatre Mille Îles), la région à la frontière du Cambodge.

A recommander: découvrir en croisière de charme la région des Quatre Mille Îles. Le Wat Phu, barge à riz transformée en bateau-hôtel confortable, vous accueille à son bord et vous emmène…

Le nord, pays de forêts

Comparativement bien moins peuplé que ses voisins, le Laos a su préserver une couverture forestière importante. Si les plaines tropicales –surtout la plaine alluviale du Mékong- sont intensément cultivées, les zones montagneuses qui caractérisent les deux tiers septentrionaux du pays sont le domaine de la forêt tropicale. Les plus hauts sommets se situent dans le nord, tandis que la cordillère des Annamites longe la frontière entre Laos et Vietnam.

La plaine au sud

Le pays compte également plusieurs plateaux couverts à l’origine par la savane plus sèche, une originalité en Indochine, comme le plateau des Boloven dans le sud aux abords du delta intérieur du Mékong. Un peu partout, l’exubérance de la végétation tropicale charme le visiteur.

Partagez l'article