Malaisie - Borneo

Le 27 février 2008

Les mois d’avril à juillet correspondent avec la saison plus sèche : il faut cependant savoir que ce terme n’a qu’une signification toute relative à Bornéo, où le ciel peut gratifier la terre de splendides orages tropicaux de janvier à décembre…

De 15 à 20 jours
De 3 490€ à 4 500€ par personne

Le prix varie en fonction de la durée de votre circuit, de la période choisie, du type d'excursion, du niveau des hébergements.

Sarawak et Sabah - La jungle millénaire

IDENTITÉ

superficie totale : Bornéo = environ 750.000 km², soit 25 fois la Belgique ou environ 1,5 fois la France. Bornéo, la troisième plus grande île au monde, est divisée politiquement entre la Malaisie, l’Indonésie et le petit Sultanat indépendant de Brunei ; les Etats du Sarawak et du Sabah, appartenant à la Fédération de Malaisie, occupent la partie nord de l’île.

population : environ 4.5 millions d’habitants pour les provinces du Sabah et du Sarawak.

religion(s) : l’islam (religion officielle), taoïsme, animisme.

langue(s) : le malais est la langue officielle, l’anglais et le chinois sont largement utilisés.

décalage horaire : en été + 6 heures, en hiver + 7 heures.

durée moyenne du vol : environ 16 heures au total jusqu’à Kuching, 17 heures jusqu’à Kota Kinabalu, avec escale à Kuala Lumpur (ou Singapour).

monnaie locale: Malaysian Ringgit ( MYR). Quelle monnaie emporter en voyage? Des EUR.

électricité: adaptateur nécessaire.

Nature: la jungle, toute la jungle,... mais pas rien que la jungle!

En dépit d’une déforestation effrénée (qui semble heureusement ralentir quelque peu à l’heure actuelle), le Sarawak et le Sabah possèdent encore de grandes étendues de forêts intactes. C’est incontestablement cette « grande » nature qui attire à Bornéo les visiteurs étrangers.

Bornéo, c’est d’abord la « jungle » telle qu’on se l’imaginait étant enfant. Mais il serait faux de croire que la nature de l’île n’a rien d’autre à proposer. La diversité des paysages et des habitats naturels surprend souvent le voyageur : côtes et îles tropicales ceinturées de mangroves et bordées de récifs coralliens, gigantesques marécages, fleuves majestueux, moyennes et hautes montagnes, savanes boisées, grottes impressionnantes, Bornéo a de quoi séduire les naturalistes les plus exigeants.

Le Sarawak et surtout le Sabah ont développé un excellent réseau de parcs nationaux et de réserves naturelles, réseau qui se complète encore d’année en année. La richesse et la beauté de ces sites privilégiés contrastent singulièrement avec l’affligeante monotonie des immenses plantations uniformes de palmiers ou d’hévéas qui ont remplacé la forêt tout autour. C’est dans les parcs et les réserves que se concentre aujourd’hui la grande faune… et les visiteurs venus l’admirer.

Divers opérateurs privés très compétents ont développé une infrastructure permettant d’admirer, avec un pourcentage élevé de succès, des espèces aussi emblématiques que l’orang-outang, le nasique et d’autres primates, l’éléphant de forêt et de nombreux autres espèces plus modestes, une profusion d’oiseaux (parmi lesquels les spectaculaires toucans) et bien entendu quantités de reptiles dont les tortues marines.

Parmi les « must » naturels du Sarawak et du Sabah, on peut citer :

- le Parc national de Bako (Sarawak), avec ses habitats naturels très variés et les bonnes possibilités d’observation de diverses espèces ;

- le Parc national de Gunung Gading (Sarawak), pour l’observation des énigmatiques rafflésias ;

- les grottes de Mulu (Sarawak), les plus grandes du monde;

- les grottes de Gomantong (Sabah), pour le spectacle extraordinaire de l’envol de millions de chauves-souris en début de soirée et ses nids d’hirondelles ;

- le Parc national des Turtle Islands (Sabah), pour la ponte des tortues vertes ;

- à voir absolument: la région du fleuve Kinabatangan (Sabah), pour l’observation de la grande faune le long du fleuve (dont les orang outangs et les singes nasiques);

- à voir absolument: la Zone de conservation de la Vallée de Danum (Sabah) avec sa forêt tropicale primaire, véritable cathédrale aux arbres gigantesques et son splendide lodge ;

- le Centre de revalidation des orangs-outangs de Sepilok (Sabah) (ou un autre) ;

L’affluence touristique demeure très limitée à Bornéo : même si l’on se retrouve rarement tout seul dans les lodges, aucun risque de se sentir à l’étroit au milieu de hordes de touristes comme celles qui envahissent périodiquement certains parcs nationaux d’Afrique de l’Est ou des Etats-Unis…

Culture: un intérêt limité

Bornéo n’est certes pas réputée pour l’abondance de ses intérêts culturels ! Les villes -comme Kuching- offrent cependant un visage exotique avec notamment leurs vieux quartiers commerçants et leurs temples chinois. Mais c’est sans doute le brassage assez extraordinaire d’ethnies (Chinois, Malais, Ibans…) qui retiendra l’attention du voyageur.

Quelques musées, comme le Musée ethnique de Kuching et le Village culturel proche de Damai Beach (Sarawak) offrent une excellente introduction à la vie passée et actuelle des Ibans, les premiers habitants de l’île.

Rencontre des populations: aventure authentique ou farce touristique ?

Autant le dire d’emblée : les possibilités de rencontres « authentiques » -ou simplement spontanées- avec les ethnies traditionnelles (comme les Dayaks et autres Ibans) sont plus que limitées ! Tous les opérateurs touristiques locaux proposent des visites chez les Ibans, avec possibilité de nuitée dans une longhouse (logement communautaire de plusieurs familles). Ces visites spécialement adaptées aux intérêts (pour ne pas dire aux fantasmes) des touristes ont un caractère franchement « fabriqué » et n’offrent donc qu’un intérêt très relatif. Leur seul véritable intérêt réside peut-être dans l’occasion qu’elles offrent de voir comment les Ibans s’adaptent à la vie moderne occidentalisée tout en cherchant à conserver leurs traditions communautaires.

Vivre le « vrai » contact avec les Ibans et s’émerveiller devant la symbiose dont ils font preuve avec la forêt est encore possible… pour ceux qui veulent s’en donner les moyens et se lancer dans l’aventure, en participant à une expédition (à pied et en pirogue) de plusieurs jours sous la conduite de guides Ibans. Mais il faut absolument savoir que le mot « expédition » prend alors sa pleine signification!

Effort Physique: pour tous les goûts ! randonnées et plongées

Les circuits « classiques » permettent de visiter les sites naturels du Sarawak et du Sabah dans des conditions de confort –et même de luxe !- qui les rendent physiquement accessibles à tout le monde (ou presque). Une bonne partie des observations d’animaux s’effectue sur l’eau (sur le grand fleuve Kinabatangan, par exemple).

Des balades ou randonnées pédestres en forêt sont organisées dans la plupart des zones naturelles protégées du Sarawak et du Sabah. Les sites les plus fréquentés ont souvent été aménagés à l’aide de passerelles en bois et de parcours empierrés. Par contre, la marche sur des pistes ou sentiers forestiers à l’état naturel peut parfois s’avérer ardue : boue, végétation, dénivelés, pentes raides, traversée de ruisseaux…

Partagez l'article