Le casse-tête des divers modes de garde d'enfant

Le 9 septembre 2015
Présentation des divers modes de garde d'enfant. Photo : Oksana Kuzmina

 

Crèche collective ou parentale, assistante maternelle ou garde partagée, crèche privée ou nounou à domicile… Comment s’y retrouver et choisir le meilleur pour bébé dans la jungle des propositions de garde ? Entre souplesse de fonctionnement, question du budget, normes de sécurité et d’hygiène ou propositions éducatives, chaque solution possède ses avantages et ses inconvénients. Halte au casse-tête : découvrez les qualités et les mauvais points de chaque mode de garde et choisissez la meilleure solution pour faire garder bébé à la fin du congé maternité !

Les crèches collectives, la qualité pour un nombre de places restreint

Les crèches ne sont pas seulement le mode de garde le plus connu, elles demeurent souvent le plus économique. Structures subventionnées par l’Etat, les crèches collectives publiques sont gérées par des professionnels de la petite enfance. Entre socialisation de l’enfant, avantages financiers, normes d’hygiène irréprochables et éveil de l’enfant grâce à de nombreuses activités, la crèche collective publique séduit les parents. Mais ce mode de garde possède certains inconvénients non négligeables, notamment les horaires stricts et la difficulté à trouver une place dans la structure. Le prix de l'accueil, variant entre 100 et 600 euros par mois aides déduites, selon les revenus des parents, demeure le critère de poids dans le choix des parents.

La crèche parentale

La crèche parentale est gérée par un collectif de parents. Seul hic : chaque parent doit se rendre disponible une demi-journée ou une journée dans la semaine pour s’occuper des enfants de la structure. Avantage de cet investissement : le prix de ce mode de garde est compris entre 150 et 350 euros par mois.

La crèche familiale

À mi-chemin entre crèche et assistante maternelle, la crèche familiale est subventionnée par les Mairies. Les parents déposent leurs enfants chez une assistante maternelle employée par la municipalité, qui se rend ensuite plusieurs fois par semaine en crèche. Seul hic : c'est la Mairie qui impose aux parents la nounou pour un tarif moyen de 400 euros par mois.

Deux enfants gardés dans un domicile jouent ensemble. Photo : Olesia Bilkei

Les crèches privées

Face à la pénurie de place dans les crèches collectives, des crèches privées fleurissent dans les villes. Possédant les mêmes avantages que les structures publiques, ce mode de garde propose des horaires plus souples. Cependant, conséquence naturelle du privé, le prix demeure plus élevé, les tarifs variant entre 4 euros et 7,5 euros de l’heure.

Les assistantes maternelles, le mode de garde le plus prisé

Horaires souples, contrôles de sécurité et d’hygiène fréquents, cadre de garde agréable… Les Assistantes Maternelles ont la cote ! Moyen de garde très répandu, il est aussi le plus prisé des parents pour ses nombreux avantages. Devenant employeurs, ils peuvent choisir la professionnelle qui correspondra à leurs attentes, tant au niveau horaires qu’au niveau tarifs, même si contrats et fiches de paie peuvent être un véritable casse-tête !

Ce sont les tarifs qui viennent peser dans la balance avec des prix/horaire variant selon les nounous entre 2,5 et 4,5 euros de l'heure. Mais ce mode de garde est éligible au crédit d’impôt.

La garde partagée

Petit budget ? La garde partagée arrive comme une solution idéale entre 500 et 900 euros par mois pour 50h de garde éligible au crédit d'impôt. L'assistante maternelle est partagée entre deux familles et garde les enfants en alternance au domicile des parents. Idéal pour respecter le rythme de l'enfant, la garde partagée possède ses inconvénients : un lit et la nourriture pour le deuxième enfant doivent être prévus.

La garde à domicile

La garde partagée demeure moins prisée que la garde à domicile, où la nounou se consacre entièrement à l’enfant chez les parents. Si elle s’adapte au rythme de vie de la famille et que bébé a l’environnement idéal pour s’épanouir, elle possède l’inconvénient du tarif, la nounou devant être rémunérée au minimum au SMIC.

Maman ou nourrice faisant de la lecture à un bébé qu'elle garde

Photo : Anne Marie Photography

Si les parents souhaitent privilégier le bien-être de leur enfant, le financement reste un critère important dans le choix du mode de garde. Entre les crèches et leur intérêt financier ou les assistantes maternelles créant un vrai lien affectif avec l’enfant, les parents ont l’embarras du choix pour choisir le meilleur pour leur enfant. 

Partagez l'article